Patrimoine et créativité au Liban UNESCO 2012
Patrimoine et créativité au Liban UNESCO 2012
Retrouvez tous les professionnels de votre region grâce à notre annuaire regroupant de nombreux professionnels et entreprises... Cet annuaire est la vitrine relationnelle de tous les libanais regroupés par profession, savoir-faire et activités.
 Ouverture Mr Naoum Abi-Rached et Mr Kenj El-Hajal.

Les libanais expatriés ont le Droit de savoir ce qui se passe dans leur pays,

car étant à l'extérieur il ne leur reste que le patrimoine. Le Liban sera toujours debout et le devoir de la diaspora est de dynamiser la société. Le respect des traditions et de l'architecture ancienne devrait être prise en compte dans l'urbanisation moderne. Il faut prendre en considération le fait que les entreprises immobilières sont très influence par l'impact financier et que des permis de construire s'obtienne par la corruption.

La notion de patrimoine est récente dans une histoire de l'humanité qui est millénaire. L'internationalisation de la notion de patrimoi

e permet d'améliorer la visibilité des sites et d'organiser juridiquement leur défense. Le patrimoine fait parti de l'identité. Le soin d'un peuple envers son patrimoine fait honneur à son histoire. Le séminaire à pour but de faciliter les échanges sur le sujet.


Tables rondes:

 

1 Patrimoine naturel.

2 Patrimoine culturel matériel.

3 Patrimoine culturel immatériel.

Patrimoine naturel et environnement.

Eau, déchets, déforestation...

Dr Rima Tarabay - "Bahr Loubnan".

M Paul Abi-Rached, Eco movement.

Mme Désirée Sadek Cedrus Libani.

Mme Gladys Nader, APSAD.

Mme Janine Somma, USJ.

 

Dr Rima Tarabay.

Le choix de préserver la Nature dans une zone militaire vient du fait qu'il y a moins d'écueils juridiques. Les intervenants sont tous passionnés par leur combat et croient que des actions sont possibles par l'unité de parole des ONG. Il y a des opérations irréversibles, tels que la destruction de la couverture végétale à la surface des carrières.

"Liban Mer" ONG libanaise.

Mise en place il y a une dizaine d'années, il s'agit de trouver des solutions pour le littoral. Les constats environnementaux plutôt catastrophiques et les Lois actuelles ne permettent pas de protection efficace. Pour l'eau, c'est le pays qui a le plus de précipitations dans la région mais elle très peu collectée. Il n'y a pas de traitement d'eau selon des normes internationales, mais des sites aux procédés aléatoires. Les stations nettoient l'eau mais rejettent des microbes et des bactéries. Il faut passer au nettoyage tertiaire qui rejette de l'eau potable. Des millions de dollars sont actuellement investis mais dans des systèmes de nettoyage primaire, peu efficace.

Pour les déchets, on assiste à une prolifération des décharges. Il faut s'orienter vers le tri pour recycler les matériaux. Il y a aussi une pollution des eaux souterraines par les déchets radioactifs enterrés pendant la guerre. Les dépotoirs sont très présents sur le littoral et sur la bande la plus peuplée. Des études montrent la toxicité les effluents de ces décharges. Une partie de la cote sera bétonné et les déchets solides non-organiques seront jetés en mer. Bétonner la cote provoque des conséquences sur la chaîne alimentaire car on trouve les nutriments dans les zones de faible profondeur. Le Liban étant dans une zone sismique il faut prendre en compte les dangers de tsunamis. Les contacts politiques entretenus par les ONG n'ont pas permis de faire annuler ces projets.

Naqoura est une région militaire, anciennement occupée par Israël. Il y a environ 350 maisons et les premières discussion concernent la préservation de la région. Une plage a été dépossédé de son sable. Le fait que cette région relèvent de Lois particulières a empêché de remettre du sable. Cette zone permet la propriété des plages. Les contacts ont révélés que les propriétaires ne veulent pas qu'une autre communauté vienne s'y baigner et ils refusent donc la restauration de la surface sablonneuse. Le succès de la préservation de la zone dépend de la mobilisation populaire, de la collaboration des acteurs politiques locaux.

La mise en œuvre des énergies renouvelables et de solutions durables pour le village écologique intéresse la population comme la municipalité. Les énergies solaires permettent de résoudre le problème des coupures d'électricité et d'obtenir de l'eau chaude par les solutions photovoltaïques et thermiques. Les actions actuelles concernent les jardins publics et les tentatives de dépôt de sable sur le littoral.

Des initiatives de tri de déchets ont commencé ainsi que des tentatives de compost individuel. Les composts n'ont pas réussi et un projet de compost communautaire est en projet.

Pour l'agriculture Biologique, l'idée est d'arrêter les pesticides qui ont fait disparaître les abeilles et les oiseaux dans la région de Naqoura.

Pour préserver l'environnement il faut regrouper les entités politiques, construire des projets communs, créer des emplois, construire une nouvelle citoyenneté et diffuser les principes des villages écologiques autour de la Méditerranée.

 

Mme Désirée Sadek

Présentation du Cèdre, symbole national. Le premier livre que Mme Déirée Sadek a publié avait attiré l'attention il y a vingt ans alors que la guerre avait éclaté. Dans les zones naturelles il y a peu de protection et les écoles piétinent parfois les pousses de Cèdre lors des visites.

Un mouvement artistique souhaite multiplier les sculptures réalisées sur la base des troncs de vieux arbres morts. C'est un projet qui devrait, selon la conférencière, être déplacé hors de la forêt primaire plutôt que venir perturber celle-ci. L'action d'éducation des enfants est en route.

Le Cèdre est affiché sur le drapeau, l'arbre symbolise la robustesse, la résistance du peuple par-delà les circonstances.

Un événement climatique a fait geler les vieux Cèdres au Liban et les pousses réalisées en France ont toutes réussies.

Deux faits marquants pour la diffusion de "L'enfant des Cèdres" dans des manuels scolaires français et belges ainsi que la participation d'un mexicain souhaitant favoriser le reboisement par plantage de graines. Une autre initiative concerne l'échange de pousses de Cèdres entre élèves de zones différentes pour replanter de multiples essences dans les régions.

 

Mme Gladys Nader.

Sujet de "l'organisation anarchique". L'identification des causes permettra de comprendre la situation. Les villages aujourd'hui sont envahis de multiples constructions de promoteurs immobiliers. Aucun schéma urbain pour de nouvelles zones qui seront peuplées, où les commerces vont se multiplier sans trottoirs, ou, s'ils existent, seront envahis par les automobiles. D'anciennes demeures ont été rasées pour favoriser les immeubles. Les investissements dans l'immobilier constituent un danger croissant. Les plages ne sont plus accessibles du fait des constructions littorales. Les carrières ont été ré-ouvertes pour favoriser le secteur de la construction et elles travaillent grâce à des permis temporaires. Les routes et autoroutes se multiplient. Il n'y a pas de Ministère d'aménagement du territoire. Des réformes administratives sont nécessaires et la Législation doit être renforcée. Une ONG organise chaque année une marche pendant un mois pour encourager l'écotourisme.

Il y a risque de déclassement de la vallée de la Kadisha par l'UNESCO à cause de multiples infractions sur cette zone. Certains héros locaux luttent pour l'écologie et sont reconnus pour leur actions dans le domaine. Une construction sur un pont naturel catalyse actuellement les militants écologistes.

Plutôt que regretter ce qui a été perdu il faut lutter pour préserver ce qui perdure.

 

Mme Janine Somma.Archéologie et Nature.

Atteintes à l'environnement et dégradations des patrimoines. Les carrières sont actuellement environ 2000. Elles ont de multiples impacts, visuels et naturels. L'eau est concernée ainsi que la biodiversité. Les ressources en eau disparaissent car les roches prélevées sont des réservoirs naturels. La dégradation des zones d'infiltration est le résultats du colmatage par les poussières. Les hautes zones sont des réserves naturelles d'eau et il est important de les préserver.

Le ruissellement de l'eau est augmenté par l'urbanisation et réduit d'autant les infiltrations. Les terrains jouxtant les carrières perdent jusqu'à 71% de leur valeur. Les routes sont endommagées par le passage de camions lourdement chargés. Les remblais sur le littoral constituent un choc écologique par l'impact sur les courants et la masse déposée dans la Mer. Il faut soutenir les actions vers le développement durable, les associations de ce domaine et l'installation d'entreprises utilisant des technologies durables. L'ouverture de routes passant au milieu de vestiges de temples a détruit l'espace antique d'une cité romaine.

L'urbanisation menace de faire disparaître des éléments naturels par le développement résidentiel. Il faut construire des usines de traitement d'eau, des solutions pour les décharges et contre l'utilisation de la Mer pour la nettoyage de cuves de produits chimiques.

 

Mr Paul Abi-Rached.

Les espaces forestiers ont beaucoup diminué, de 74% à 13% de couverture arborée. Le Liban couvre 0,007% du monde mais contient 2,63% des espèces d'oiseaux. Cette année les cigognes, les grues, les pélicans, les aigles ont été chassés au Liban. Le nombre de prises autorisées est très largement dépassées par les chasseurs. Un projet est en cours pour améliorer l'éducation pour la responsabilité environnementale. La connaissance du cycle alimentaire animal devrait sensibiliser la population à l'importance des rapaces et autres volatiles dans l'espace naturel.

L'urbanisation littorale est organisée sous couvert de la création d'emploi et du développement durable. Le LEM, Lebanon Eco Movement a été constitué récemment, elle est composée de 60 ONGs. Cette réunion à permis de stopper un projet d'incinérateur a Chypre. L'éducation au tri du papier a conduit 500 entreprises a recycler le papier et les familles sont sensibilisées depuis 1995.

 

Patrimoine culturel matériel. Sites archéologiques.

Dr Robert Saliba, Université américaine de Beyrouth.

Dr Naji Karam, Université libanaise.

Mr Samir Abdulac, ICOMOS, sauvegardes historiques.

Quelle place donner à l'Archéologie?

Faut-il intégrer le Patrimoine colonial?

 

Dr Naji Karam.

Archéologie au Liban, Actualité et Perspectives.

Définition du Patrimoine, éthique hier et aujourd'hui.

Les archéologues et historiens sont unanime que le Patrimoine est constitué par toute production matériel et immatériel d'un peuple sur un territoire. Détruire un patrimoine c'est détruire l'identité de ce peuple. Les archives de la terre est un lien avec le peuple qui l'a créé. Le patrimoine a mérité qu'une science lui soi consacrée, c'est l'archéologie.

A l'époque Ottomane, temps de l'obscurantisme, l'éthique du patrimoine a été respectée. Restauration duTemple de Bacchus à Baalbek: en 1920 et les travaux ont continué jusqu'au début de la guerre du Liban. Un sarcophage nommé "d'Alexandre" et d'autres revêtent une importance artistique nationale. Des monuments en plein air, tombes et fouilles. Les cités phéniciennes telles que Jbeb ont été découverte. Un temple a été déplacé pierre par pierre. Tyr et Anjar ont été fouillés, fouilles horizontales pour éviter l'urbanisation anarchique et fouilles accélérée pour éviter le pillage. Arrivé au niveau Byzantin, le travail de fouille a permis de mettre à jour le patrimoine de surface. Des maisons à étages ont été découvertes ainsi que des stocks de blé calciné.

La méthode Hariri a donné priorité à l'argent sous camouflage de "la reconstruction", sans autorité arbitrale, les archéologues sont face aux entrepreneurs et aux autorités. Un comité international soutenu par l'UNESCO a permis la sauvegarde de quelques vestiges, parmi lesquels des remparts antiques. Le quartier phénicien a été sauvé malgré la puissance financière immobilière.

Actuellement il n'y a plus de frein à la construction, il n'y pas de publication lors de démantèlement des sites et aucune éthique archéologique. Un site par mois est actuellement victime de la politique laxiste dénuée de lien avec les Universités. Par exemple une zone portuaire a vu la construction d'un édifice puis son interdiction, il y a actuellement une plainte au conseil d'État.

Au niveau de l'Hippodrome, la piste de terre battue fait parti intégrante du lieu, autant que les vestiges des gradins mais les autorités cherchent à faire croire que seul les gradins sont historiques. Autre exemple, des cales sèches phéniciennes ont été découvertes mais ayant été endommagées par l'extraction de pierre, les autorités cherchaient à s'appuyer sur ce dernier fait pour ne pas protéger le site. 9 spécialistes internationaux ont été sollicité et ils recommandent la préservation de cet important site portuaire.

Mais, la réponse aux demandes et aux manifestations pour classer le site, les pelleteuses ont détruit les structures antiques.

 

Mr Samir Abdulac.

En repartant de la notion de patrimoine, il y avait une sorte de marge d'intégration pour les vestiges historiques. Étant créé au 19ème siècle le département des monuments historiques français ne s'intéressaient qu'aux monuments antérieurs. Par la suite la notion a évolué et une ville comme Brasillia a été classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. On considère actuellement la continuité des bâtiments et espaces publics pour bien protéger un environnement dans son ensemble, plutôt que des éléments isolés pour des raisons esthétiques ou fonctionnelles particulières. Pour les édifices français, les constructeurs de route doivent organiser des fouilles préalables afin de sonder les parcours de travaux. A Chartres, des restes des époques médiévales, mérovingiennes et gallo-romaines ont été découverts et la population en a été informé. Les photos ont été affichées régulièrement sur les palissades du chantier. Ce qui était déplaçable l'as été. Le bastion a été intégré au parking qui était prévu. Maintenant les travaux archéologiques sont filmés et il est donc possible de les visualiser. C'est l'intérêt des municipalités qui exposent ainsi le fruit des projets financés aux électeurs. La sensibilisation dans les écoles implique les élèves par le dessin et d'autres activités. Pour Paris, les cartes, les explications se complètent pour la compréhension des évolutions de la cité. Il peut arriver qu'il y ai incompatibilité entre la présentation des éléments archéologiques et la vie quotidienne, cependant les photos et autres documents sont créés afin de témoigner des découvertes. Le secteur privé peut jouer un rôle dans la préservation. Pour les situations d'urgence il faut organiser des cours par internet, et la mobilisation des compétences peut faire la différence.

 

Dr Robert Saliba.

En réponse à l'intervention précédente il commente la possibilité d'intégrer le patrimoine à la vie moderne.

L'attitude par rapport au patrimoine:

- patrimoine du 19ème et 20ème siècle.

- participation, sensibilisation et information des citoyens.

- décentralisation des décisions.

- intégration des vestiges.

Urbaniste, parle du Patrimoine colonial de Beirut.

Enjeux et stratégies au Liban. Informer. Réfléchir. Intervenir.

Reconstruction et conservation du patrimoine au centre et péri-centre urbains.

L'héritage colonial est il une partie de l'identité nationale?

Le modernisme est-il une part du patrimoine?

Les bâtiments ont été construit dans un but de permanence et durabilité. Les sites montrent que la succession d'édification sur la même surface était déjà une adaptation dynamique du patrimoine. On s'éloigne de la vision statique du patrimoine. Notre Histoire se construit et n'est donc pas statique. Le patrimoine est une construction du présent car les autorités choisissent ces entités pour faire partie de l'identité nationale. On assiste également à la construction de patrimoine immédiat pour des besoins touristiques.

Deux mythes: le centre historique, la maison libanaise.

La modernisation par juxtaposition, par imposition. Par besoin fonctionnel, les ottomans ont organisé la modification de la vieille ville a été adaptée. Lorsque les français ont colonisé la ville, le mouvement Haussmannien a re formé l'ancienne ville. Beirut n'est pas tellement intéressé par son passé mais surtout accaparée par le futur.

Dans le paysage résidentiel, chaque époque a créé un type d'habitat particulier. Parmi eux la maison beirutine, maison bourgeoise simple puis à étage et enfin avec l'avènement du béton, les grands bâtiments. L'idée que la maison libanaise est plutôt une maison beirutine dérange car le Liban était seulement en formation, mais pas encore effectif. La démarcation est intervenue lors de la création de la route périphérique.

Les stratégies et conservation. L'extension et la juxtaposition verticale. L'approche de conservation à but lucratif permet au promoteur d'être acteur de la conservation du patrimoine et en même temps de construire de nouveaux édifices, juxtaposés, répondant aux nouvelles normes.

Le façadisme consiste a étendre verticalement les édifices anciens en gardant l'apparence historique. C'est une approche mêlant le dynamisme économique du centre ville et la préservation des sites. La charte de Venise ICOMOS est remise en question car non seulement l'aspect et le symbole historiques sont prises en compte, mais la localisation revêt une importance capitale dans l'imaginaire citoyen.

Le conseiller du Ministre de la Culture du Liban intervient pour contredire fortement la présentation et dénonce l'intervenant comme ayant participé à la destruction des sites. Il précise que le Ministère s'emploie actuellement à mettre en œuvre un projet d'intégration des restes de l'Hippodrome.

Une ancienne fonctionnaire de l'UNESCO intervient ensuite pour faire remarquer son intérêt pour le centre ville qui montre la cohérence des éléments conservés. Le Musée national est une visite appréciable pour les libanais qui veulent constater du travail archéologique réalisé par les gouvernements passés et actuels.

 

Patrimoine culturel immatériel et créativité.

Tradition, coutumes, arts, musiques, artisanats...

 

Mr Bahjat Rizk, délégation libanaise.

Dr Aida Kanafani-Zahar, CNRS, Collège de France.

Mme Zeina Saleh-Kayali, Centre du patrimoine libanais.

Mr Fadi Raad, doctorant en Sciences de l'Art.

 

Concept de patrimoine immatériel: les pratiques, représentation et savoirs faire transmis entre générations. Elles procurent un sensation d'identité au sein des communautés.

Comment le Liban se situe-t il par rapport à ce concept? Quelle application immédiate?

Le processus d'identité n'est pas statique mais se construit progressivement au fil de l'histoire. En élaborant cette liste du patrimoine mondial immatériel permet de mettre à jour les activités et pratiques qui ont une valeur affective et sociale pour les libanais. La nourriture libanaise fait parti du patrimoine national. Les 17 et 18 décembre des réunions ministérielles concernant quatre pays seront organisées à Paris. Il y a maintenant un cadre pour les activités liées au patrimoine immatériel qui lui-même a maintenu les liens entre les libanais, quelque soit leur religion ou appartenance.

 

Mme Zeina Saleh-Kayali. (et cantatrice)

Musique savante et centre musical libanais. Savante: populaire mais pas Jazz, ni classique. Fin du 19ème siècle. Avant elle est plutôt ottomane. Le recensement a été effectué par tout les moyens modernes actuels afin de rassembler les acteurs de la musique. Une petite école de musique créée au Liban devint le conservatoire. Les partitions, comptes-rendu de concerts, photos ont été disséminés de par le monde, chez des particuliers refusant parfois de les prêter. Il était donc urgent de rassembler tout les éléments musicaux avant qu'ils ne soient perdus.

En 1950 le centre de la musique arabe se déplace de l'Égypte vers le Liban. Les différents courants musicaux présents au Liban ont été influencés par la formation occidentale ou par des personnalités musicales libanaises, donc orientalisantes .

 

Mr Fadi Raad.

Arts du spectacle, patrimoine oral libanais. Les chants et la culture orales ont été transmis à chaque génération. Certains aspects sont quelques peu oubliés. Il s'agit d'émouvoir, décrire des faits et des situations. Les poètes du 15ème siècle structuraient leurs œuvres selon des règles précises. Les messages tendent à séduire, convaincre ou se mettre en joute sur des thèmes d'actualité. On vient peu à peu d'un argumentaire à une tentative finale de ridiculiser l'adversaire.

La gymnastique du corps est individuelle ou dansée en groupe. Ce sont les activités de construction et réparation qui rassemblaient les villageois et donnaient lieu aux danses. Les chansons et les rythmes sont spécifiques au régions. Les cris visent à dynamiser le groupe. Les pas sont conventionnels et frappent le sol en rythme. Des instruments tels que le tambour accompagnent les danses. Celles-ci créent un sentiment d'appartenance chez les libanais et constituent une part importante du patrimoine immatériel.